Le déploiement de la fibre optique est en cours à travers le département. En attendant l’achèvement de ce chantier au long cours et pour mieux lutter contre la «fracture numérique», le wimax haut débit se développe.

Pour Pierre Camani, le président du conseil départemental, «l’aménagement numérique, c’est répondre dès aujourd’hui aux besoins des Lot-et-Garonnais. Et la réponse, c’est le déploiement du wifi haut débit par le réseau hertzien.» La montée en puissance via ce réseau permettra d’obtenir, dans tout le département et d’ici la fin de l’année, des débits jusqu’à 20 mégabits.

«L’opération de montée en débit consiste à faire évoluer l’architecture technique du réseau existant, Wimax, initié en 2006 avec une nouvelle technologie hertzienne.» Il s’agit, au-delà de la technologie, de rendre éligibles tous les foyers du département et d’obtenir une égalité de traitement sur le territoire. «Il s’agit encore de donner accès aux moyens modernes de communication aux PME sur le territoire. Avoir des débits croissants permettra de limiter les effets de la fracture numérique.» Le réseau public Wimax s’appuie sur plus de 110 points hauts et couvre 97 % du territoire. Seules quelques communes des Landes, dans le sud-ouest du département sont encore en «zones blanches». Des offres commerciales portées par deux fournisseurs, «LG Tel» et «Territoires sans fil» accompagnent ce développement du haut débit : 4 165 clients ont souscrit à des offres de montée en débit. S’il représente une avancée essentielle dans l’Internet pour tous sur le territoire, cet aménagement numérique n’est qu’une étape.

Pierre Camani, en présence de Jean Dreuil et de François Laurent, conseillers départementaux, a rappelé que le Lot-et-Garonne investit dans la fibre optique, «la solution la plus pertinente à long terme, car elle offre une capacité infinie. La fibre optique offrira demain des débits de 100 mégabits/seconde qui, 20 ans plus tard, pourront être 100 fois plus élevés, sans avoir à réinvestir dans le réseau.» Forcément, l’arrivée de la fibre optique est un investissement lourd, «l’ensemble du déploiement sur 10 ans représente un investissement de 130 millions d’€ . Ainsi chaque année, alors que 13 millions d’€ sont mobilisés par le Syndicat mixte départemental Lot-et-Garonne numérique, le conseil départemental va investir 2 millions d’€, le projet étant largement subventionné.» Sans intervention publique, seules 14 communes du département sur 319 seraient couvertes en Très Haut Débit.

L’existence d’un réseau d’accès public à Internet avec les 110 pour relais implantés sur le territoire couvre 25 % de la population lot-et-garonnaise. L’opération de montée en puissance est réalisée aujourd’hui pour 65 % du territoire et la couverture intégrale du département sera réalisée d’ici la fin de cette année.

 

Le wimax haut débit en attendant la fibre
Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development